Guatemala 2012 – Article 3

Un peu d’histoire et de visite

 

Lundi le 7 mai 2012– Mixco Viejo

Nous avons loué les services de notre chauffeur de taxi et avons décidé d’aller visiter l’arrière-pays. Lui-même n’y avait jamais mis les pieds… C’est pour dire que c’était reculé. Nous voulions aller voir des ruines Maya et la plus connue de tous est Tikal. Comme pour y arriver il faut prendre un avion et que c’était hors de question, l’alternative possible était Mixco Viejo. Cet endroit nous a été recommandé par Hughes Rousseau, l’Ambassadeur du Canada au Guatemala rencontré lors du dernier match et avec qui nous avons pu jaser un peu de la culture Guatémaltèque. Selon la carte très grossière que nous avions de la région, nous anticipions une route d’environ 45 minutes ou maximum une heure. La route pour se rendre est montagneuse et il faut passer par des villages très pauvres où les maisons sont cordées les unes sur les autres. Nous avons vu des dépotoirs à ciel ouvert sur le côté de la route. Nous avons croisé des gens qui vivent entassés dans des maisons mal construites qui risquent de s’effondrer surtout dans la saison des pluies qui va commencer sous peu. Les chiens errants sont monnaie courante. Le paysage n’était vraiment pas très agréable à voir. Il arrivait souvent que, dans les côtes montantes, l’on se retrouve derrière un camion ou un autobus. Malheur à nous avec nos fenêtres ouvertes, comme il est impossible de dépasser nous respirons l’horrible boucane noire épaisse qui sort des tuyaux d’échappement à chaque changement de vitesse. Le plus triste et désolant un peu partout au Guatemala c’est d’ailleurs la pollution. Ils n’ont encore rien compris. Après avoir roulé une heure, le chauffeur pensant s’être trompé, demanda son chemin. Nous étions bien au bon endroit et il ne restait que 15 kilomètres à parcourir. Ces 15 kilomètres ont toutefois pris 45 minutes car la chaussée était pire qu’à Montréal dans la saison des nids-de-poule. Il fallait zigzaguer à tout moment, et parfois il y avait des véhicules, mais peu de monde dans ce coin de pays. Nous sommes arrivés au bout de la route et avons pour 100 Quetzales (environ 15$) visité un terrain immense sur lequel il y avait plein de ruines Maya. La chaleur était insupportable. J’avais mon parapluie ou plutôt parasol par chance. Je ne suis pas du tout du genre à aimer le soleil. Je n’ai pas pu me rendre au bout du grand site, j’ai cherché l’ombre des quelques arbres que nous avions sur notre route.

Nous avons pris beaucoup de clichés pour immortaliser cette visite. Je ne remettrai sûrement pas les pieds ici de mon vivant. La route du retour est tout aussi sinueuse qu’à l’aller. La pollution tout aussi présente. Et ce qui nous fera le plus grand bien au retour c’est de se décrasser en prenant une douche. C’est quand même cocasse de penser que nous devons prendre deux douches par jours alors que ces gens des banlieues  n’en prennent sûrement que très rarement. Autres lieux, autres mœurs.

En route vers Mixco Viejo

Bidonville et insalubrité partout en campagne vers Mixco Viejo

Habitations rustiques

Habitants des bidonvilles allant faire le lavage on dirait

Dépotoirs à ciel ouvert partout sur le bord de la route

Maquette de la ruine maya de Mixco Viejo

Maquette à même le sol des ruine de Mixco Viejo

Claude devant la version minuscule de Mixco Viejo

Katie qui grimpe une mini pyramide

Parasol obligatoire pour une journée de soleil intense

Claude a grimpé la mini pyramide de Mixco Viejo

Le site de Mixco Viejo n’est pas immense…mais trop gros pour Katie

Sortie originale du site de Mixco Viejo

 

Soccer – le Canada se prépare pour affronter le Mexique le 10 mai 2012

Après avoir terminé premier de son groupe le Canada est au repos pour 3 jours et reprendra la compétition jeudi le 10 mai contre le Mexique. Ce match est le plus important du tournoi. Une victoire signifie que le Canada se qualifie pour la Coupe du Monde d’Azerbaïdjan. Il faut absolument gagner ce match pour ne pas être à la hâte et essayer de se qualifier en finale. Il y a trois places disponibles pour la Coupe du Monde. L’équipe canadienne aimerait bien se tailler une des deux premières.

 

Le Canada a poursuivi sa préparation et s’est entraîné en vue de ce match de jeudi.

Publié dans Amérique Centrale, Coupe du monde U17, Guatemala, Soccer, Voyage

Guatemala 2012 – Article 2

Ciudad de Guatemala un peu d’histoire et du soccer (6 mai 2012)

 

Un peu d’histoire

Ciudad de Guatemala, Guatemala tout court et même Guate ou la Ciudad par les locaux, est la plus grande ville d’Amérique Centrale. Encombrée et polluée à l’extrême, elle s’étend sur un plateau à 1500 mètres d’altitude, entre deux chaînes de montagnes superbes. À ce jour nous ne les voyons pas beaucoup car le smog est trop dense. Les prévisions météorologiques étaient erronées depuis le début de notre voyage. Ils appelaient au risque d’orage et de précipitations à 90% et cela s’est produit seulement aujourd’hui le 6 mai. Les soirées sont très agréables à 15 ou 18 degrés et les journées sont très chaudes. Par contre le temps n’est pas au plein soleil, mais plutôt voilé, ce qui offre l’ombre nécessaire au refroidissement théorique (car il faut quand même très chaud 30 degrés).

 

Nous avons pris la journée d’hier pour visiter Antigua, à 45 km de Guate. Elle aussi perchée à 1500 mètres d’altitude, on doit emprunter une route montagneuse pour s’y rendre. Nous avons retenu les services de notre chauffeur de taxi pour la journée. Il nous a amené à Cerro de la Cruz (Montagne de la Croix) d’où on peut admirer la ville d’en haut. La ville d’Antigua est ceinturé de trois volcans dont Agua qui est le plus proche et pointe le sud. Les deux autres sont invisibles pour nous en considérations de la densité atmosphériques, mais ce sont le Fuego et l’Acatenango. Inscrite au Patrimoine Mondial par l’Unesco en 1979, Antigua est la plus belle ville d‘Amérique Centrale. Antigua c’est le charme fou des ruines qui continuent de vivre, la fantaisie labyrinthique des rues aux pavés mal ajustés. Capital du Guatemala à sa fondation en 1543, elle perd se titre au profit de Guate en 1773 quand, suite à un tremblement de terre dévastateur et fatal, Antigua est complètement détruite.

La Croix sur la montagne surplombant Antigua avec le volcan Agua au loin dans le smog

Le volcan Agua vu d’Antigua

Antigua vue de la montagne

Antigua

 

Soccer – Match Canada- Guatemala (6 mai 2012) – Victoire 6 à 1.

Les Canadiennes se présentent au match contre le Guatemala avec une bonne longueur d’avance. Elles ont gagné leurs deux premiers matchs et Guatemala a perdu les deux siens. Dans le tournoi, les Locaux ont réussi à compter un seul but et en ont accordé 10. Les Guatémaltèques sont très jeunes il y a plusieurs filles nées en 1996 et 1997 dans leur équipe. Le onze partant Canadien est ajusté en conséquence pour faire jouer des filles qui n’ont pas eu beaucoup de place jusqu’à maintenant.

 

Une Québécoise se trouve dans l’alignement partant – Sabrina Santarossa- et les deux autres sont sur le banc. La première demie donne du fil à retordre aux Canadiennes, qui n’ont vraiment pas de chance lorsqu’elles tirent au but. Comme au dernier match, elles tirent au-dessus bien trop souvent. Au cours de la première demie les Canadiennes ont compté à la 14ième minute (Dhanda) et à la 28ième minute (Clarke). Elles ont accordé un but sur un coup franc direct à la 26ième minute juste au haut de la boîte sur une faute de la défensive. C’est le deuxième but du Guatemala de tout le tournoi et les Canadiennes se font presser le pas. Ce n’est pas normal que ce soit si serré. Les Canadiennes auraient dû dominer et mener par plus de buts à la demie. Sabrina se débrouille admirablement bien, elle est présente et enchaine les belles passes et les belles récupérations. Elle sera au jeu pour le match complet. Bravo Sab, belle prestation.

Au retour de la demie, les mêmes filles sont au jeu. Comme la domination n’est pas vraiment évidente, il y a lieu de faire entrer au jeu la capitaine Ashley Lawrence qui amène rapidité et profondeur au début de la deuxième demie. Valérie Sanderson entrera aussi au jeu à la 61 ième minute. Cette entrée changea immédiatement le tempo du match. Valérie fait une superbe passe du milieu du terrain vers l’avant, sa passe va par-dessus la défensive et permet à Clarke de compter à la 64ième minute et d’amener le score à un confortable 3 à 1. Valérie mettra son nom sur la feuille 3 fois durant les 13 minutes finales du match. Un beau but de la tête sur un corner sera son premier à la 77ième minute. La pluie s’est mise de la partie par la suite. C’était cocasse de voir tous les Guatémaltèques se précipiter plus haut dans les estrades pour échapper à la pluie. Nous n’avons pas manqué de nous faire tremper royalement. Nous avons aussi trouvé refuge éventuellement plus haut dans les estrades. Valérie enchainera ensuite deux buts similaires soit des volées de l’intérieur du pied gauche sur des centres provenant de la gauche du terrain. Les buts seront à la 81ième et à la 92ième minute. Valérie se retrouve maintenant avec 4 buts en trois matchs. Amandine sera au repos tout le match.

Valérie entre et fait une différence avec un tour du chapeau

Valérie et Amandine tout sourire

 

Les Canadiennes sont assurées d’une première position et joueront le prochain match contre le Mexique ou les États Unis dépendant du résultat du match entre ces deux équipes demain. Il y à fort à parie que ce sera le Mexique…mais on ne sait jamais.

J’ai rarement vu autant de pluie sur un terrain de soccer

Rapport de match par Canada soccer

https://www.canadasoccer.com/trois-en-trois-pour-les-canadiennes-p150425

Publié dans Amérique Centrale, Coupe du monde U17, Guatemala, Soccer, Voyage | Laisser un commentaire

Escapade au Stade Olympique

Quand nous voyageons, nous partons souvent en escapade pour voir les paysages, les attractions, pour s’imprégner du pays, de la ville visitée. Nous nous faisons régulièrement des commentaires du genre: « on devrait faire ça chez nous! »

Alors hier c’était chez nous…

Partis de Deux-Montagnes en voiture, nous retournions le véhicule de Marc et Laurence auquel on a fait installé les pneus d’hiver(ce véhicule appartient à Gabriel, le frère de Laurence. Il l’a laissé derrière pour aller s’entraîner avec les Français)

Parenthèse: Hier, la Ministre française des sports a indiqué aux médias qu’elle trouvait anormal que les entraîneurs français mettent leur énergie sur des athlètes étrangers pendant une année Olympique. Peut-être que Gabriel Slythe et Katherine Surin seront retournés vers leur Canada d’origine. Ils s’entraînent à Montpellier présentement…à suivre.

Fin de la parenthèse.

À partir du dépôt de la voiture, nous sommes à pied. Direction Stade Olympique à partir du métro Beaubien. Il y a de beaux wagons tout neufs. Nous sortons à la station Viau. La marche pour accéder à la Tour est sinueuse car il y a beaucoup de construction autour du stade. Ils sont en train de faire une station parallèle pour le métro Viau.

Claude avait acheté sur Tuango un forfait -Visite guidée et Observatoire de la tour du Stade- à moitié prix. Le prix régulier de cette aventure est 26.25$/ personne alors qu’on a payé ce prix pour les deux.

Nous commençons par l’Observatoire. La vue est magnifique. Il fait beau, mais il y a tout de même du smog. Ce n’est pas très clair, les photos le démontrent amplement.

Nous sommes pratiquement seuls en haut du mat du Stade. Il y a des va-et-vient continuels en funiculaire car il se prépare une activité de réseautage d’un organisme d’assurance quelconque. C’est un bel endroit pour faire un party, quoique pas facilement accessible. Seul le funiculaire monte à cette hauteur et seulement quarante personnes peuvent entrer dans le funiculaire, soit 20 par étage.

Après la Tour, nous avons droit à la visite guidée qui sera instructive et très personnalisée. Nous sommes 3 touristes dont un cousin français de St-Malo. Nous avons un guide loquace et généreux de son temps. Nous avons amplement le temps de poser nos questions. Et moi j’ai le temps de placer quelques faits historiques dont:

« Nous étions plusieurs athlètes de la cuvée 1976 aux championnats scolaires de juin. Nous avons déambulé dans le Stade Olympique sur la piste d’athlétisme pour une cérémonie. Ma mémoire fait défaut je ne me souviens plus si c’était l’ouverture ou la fermeture de ces jeux scolaires. Nous avons foulé la piste d’athlétisme avant que Bruce Jenner et Greg Joy n’y deviennent célèbres. Mes compétitions de benjamine (14 ans à l’époque) étaient au centre Étienne Desmarteaux, celles des cadets étaient à Claude Robillard et celles des Seniors (toujours selon mon souvenir), à la piste d’entraînement du Stade Olympique maintenant devenu le stade Saputo de l’Impact. »

Le Stade est vraiment beau, dehors comme dedans.

img_0502.jpg

Visite de la piscine Olympique très bien utilisée par des athlètes de haut niveau et par monsieur et madame tout le monde aussi.

Comme dans plusieurs escapades de voyage, je nous avais concocté un lunch, alors pas besoin d’arrêter manger, nous faisons cela en simultané pendant notre journée.

Après la visite on déambule dans le musée Olympique (gratuit si vous allez au Stade).

Après cette belle visite, il est temps de rentrer. Ce sera le métro juqu’à la station Bonaventure et le train jusqu’à la maison. Nous marchons jusqu’au métro Pie IX et ne sommes pas chanceux, car il est en arrêt pour urgence médicale pour les prochaines 45 minutes. Nous sommes dirigés vers le bus 97. Celui-ci nous mènera vers la station de métro Mont-Royal. Le bus est vide lorsqu’on y entre donc nous aurons des places assises pour cette portion du trajet. Ce ne sera pas long que le bus sera bondé de monde. Par la suite, le métro est facilement accessible, quoique les escalateurs soient à l’arrêt. Une longue marche de la sortie du métro Bonaventure jusqu’à la Gare Centrale nous donne le timing parfait pour un transfert. Nous avons juste le temps d’acheter et valider nos billets pour embarquer en direction de Deux-Montagnes.

Le réseau du REM est en construction et les prochaines années seront plus difficiles pour notre transport en train, mais on verra en temps et lieu comment on s’y prendra.

Notre belle Valérie nous ramassera à la gare pour un retour tranquille à la maison.

Nous sommes comblés de cette belle journée de visite. La prochaine fois on ira voir le Biodôme ou le jardin botanique. Le Biodôme est en rénovation pour le moment alors quand il ouvrira ce sera possible de le visiter.

Publié dans Montréal, Québec, Voyage

Portugal – Algarve suite et fin!

L’Algarve c’est le soleil, les plages, le repos et le vent dans les cheveux de mon chum…

Nous avons réussi à vraiment nous reposer malgré les marches, les escaliers et les côtes qu’on s’est tapés chaque jour. Nous avons fait des excursions à chaque journée. L’Algarve c’est un peu pareil d’un village à l’autre, on y voit des plages, des falaises, des grottes, des touristes et des restos!

Il y a des coins plus achalandés que d’autres et certains petits coins bien agréables. Il y a de beaux petits coins de paradis qui nous permettent de dire qu’on reviendrait. L’Algarve c’est aussi les différences entre chaque petit bled.

Après avoir vu le Cap St-Vincent et Carvoeiro du haut des falaises lors de nos premières excursions, il était temps de descendre plus bas. La journée suivante nous sommes allés vers Benagil. La plage est plus achalandée que celle de Carvoeiro. Les bateaux qui vont voir les grottes ne sortent pas ce vendredi car les vagues sont trop grosses. Nous avions en tête aussi de voir les grottes. Nous avons marché sur la falaise et vu du haut une plage dans la grotte. On peut marcher très longtemps sur les corniches.

Le lendemain, notre randonnée du jour nous a amené vers Albufeira. Petite communauté où il est beaucoup plus difficile d’accéder en auto. Les rues sont bondées de monde et de resto/bars. Les gens (surtout des hommes je dirais) sont entassés pour regarder le foot à la télé. Tous les restos présentent le match!!!

La plage est difficile à trouver car l’accès consiste en quelques points d’entrée seulement. La falaise est abrupte encore ici.

Nous avons pris un verre dans la grande place avec de la belle musique qui nous accompagnait.

Nous ne nous sommes pas éternisés à Albufeira et sommes contents d’avoir vu cette ville.

Aujourd’hui nous sommes retournés à Carvoeiro pour aller en excursion de bateau dans les grottes. Ce fut complètement génial.

Nous sommes entrés dans plusieurs grottes, certaines vraiment petites. Le bateau devait attendre la vague propice pour y aller! Par chance nous avions un bon capitaine de bateau. Cette excursion nous a amener jusqu’à la plage de Marinha celle où on peut voir une formation rocheuse en forme d’éléphant.

Nous avons vu les fameuses grottes de Benagil et y sommes entrés.

Durant la balade on a vu des roches qui rappellent des visages, un crocodile, une tortue. Les photos sont dans nos têtes haha.

Notre dernière journée à Portimao se termine par une belle marche sur la plage et une baignade. On peut marcher plus de 2 kilomètres vers l’ouest avant de faire demi-tour. Demain nous ferons de la route vers Lisbonne pour préparer notre retour mardi. Nous sommes heureux de tous nos choix de voyage. Le Portugal c’est beau et diversifié.

Publié dans Algarve, Europe, Portugal, Voyage | 1 commentaire

Portugal – Premières journées en Algarve

L’arrivée en Algarve se fait par l’autoroute, nous dérogeons à nos habitudes. Ce choix fut décidé en équipe avec les plus et les moins d’une vraie bonne décision d’équipe songée! Mais chris….ment plate comme route. 5 heures pour descendre en Algarve sur une autoroute qui sonnait les euros assez souvent et pour lequel nous aurons le verdict monétaire en fin de voyage. Un compte intermédiaire nous a montré un 26.80€ à un moment donné. On a opté pour cette route pour accélérer l’arrivée. Nous voyons des paysages bien plats et plates en comparaison aux premières deux semaines. Nous voyons deux genres d’arbres qui nous font jaser en masse. La route va trop vite pour que Claude observe mais on voit beaucoup de plantations de chênes à liège. Sur les troncs d’arbre on voit des chiffres, tantôt 1, 4, 15, 7,etc. Nous avons lu sur les chênes à liège et la récolte d’écorce se fait aux 9 ans. Un chêne produit pour des bouchons de liège ( pour capsuler le vin) à partir de la 3 ème récolte donc quand il a au moins 27 ans! Un chêne pourra donner 12-15 récoltes donc il va vivre 100-150 ans!!!! Débile.

On voit aussi des grands pins!

C’est dans un éclair de génie que je me rappelle deux chansons de Brassens.L’une d’elle parlait de ce pin! Je dis : c’est un pin parasol!!!!! Je cherche et trouve la chanson qui en parle. Le titre:

Supplique pour être enterré sur la plage de Sète.

Planter, je vous en prie une espèce de pin,

Pin parasol de préférence.

Qui saura prémunir contre l’insolation,

Les bons amis venus faire sur ma concession,

D’affectueuses révérences…..

Ben coudon ! Apprendre que ma connaissance des chansons de Brassens m’aura servi à quelque chose me fait chaud au coeur! Et voilà que je mets la chanson puisque le répertoire est immense dans mon cellulaire.

Aussi je comprend une autre chanson de Brassens : Le grand chêne. Celle-ci mentionne en fin de chanson….

avec son écorce on a fait des bouchons….

J’avais jamais vraiment compris ce que pouvait dire cette phrase. Les voyages ça forme la jeunesse et la vieillesse.

En parlant de chanson il y avait aussi celle de notre enfance:

Sur la plus haute colline il y avait un olivier!!!! On en a vu en titi des oliviers.

La première journée en Algarve c’est le lever du soleil depuis l’immense balcon de l’appartement, la visite du Cap St-Vincent et de ses falaises abruptes, le coucher de soleil sur la praia da Rocha. Un belle journée reposante somme toute.

La deuxième journée c’est la balade vers Carvoeiro. Situé à environ 30 minutes à l’est de Portimao, ce petit village offre des paysages à couper le souffle. La plage est minuscule et sert de départ pour des excursions en bateau vers les différentes grottes. Malheureusement pour nous, la mer est trop agitée aujourd’hui pour les visite de grotte. Peut-être reviendrons nous demain!

Nous marchons sur un trottoir de bois bâti à flan de falaise. Nous descendons sur le bord de cette falaise majestueuse. Nous trouvons un petit resto, installé de façon judicieuse au creux d’une portion des falaises. Ce resto existe depuis 1969. Il fait si chaud qu’on s’y attarde pour prendre une bière. On repart ensuite. Comme j’avais fait des sandwichs avec du pain, du jambon, du fromage et de l’amour, on les a mangées avec appétit et bonheur. C’est fou ce qu’une tite sandwich peut faire. Il faut dire qu’un pain genre 14 céréales, moelleux et frais on adore ça!

La marche au gros soleil qui s’ensuit aura raison de moi. Malgré que nous ayons pris cornet de crème glacée au village, je n’en peux plus de ce soleil aride et écrasant.

Nous retournons donc à Portimão pour l’apéro.

Publié dans Algarve, Europe, Portugal, Voyage | Laisser un commentaire

Jour 14 – Direction Serra de Estrela ou la journée où tout va!

Comme par notre habitude, nous choisissons les routes scéniques. Nous partons vers le sud, depuis le Douro, en direction de l’Algarve. Le couple rencontré au vignoble hier nous a recommandé ce parc: le Serra de Estrela. Nous fonçons. La journée est radieuse, et dire qu’ils annonçaient de la pluie!

Les routes sont belles en direction de la montagne, rendus dans le parc c’est encore plus incroyable. Des routes à flan de montagne qui ne sont pas sans rappeler la côte amalfitaine en Italie. Dans le milieu de la montagne on rencontre même des chèvres et des moutons promenés par un berger, un tracteur, un autobus…

Un beau village se pointe au pied de la grande descente: Monteigas. La route qui nous mène ensuite vers Torre comment par une belle vallée. La pente de la route est agréable et peu de sinus car la vallée est longue. Ça se corse un peu avec la montée.

Ensuite on trouve des montagnes et de roches dans cette vallée creusée par les glaciers.

Les photos sont belles, mais ne représentent en rien le paysage réel qui se déroule devant nos yeux.

Heureusement la route entre Monteigas et Torre est parsemée de petits coins où il est possible pour Claude de s’arrêter et de profiter de ce paradis. Notre bonheur s’amplifie à chaque tournant. C’est magique et ça s’amplifie au fur et à mesure qu’on grimpe, mais c’est un peu décevant en arrivant en haut.

À 2000 mètres, comme la montagne est aplatie, on ne voit plus la vallée.

Nous trouvons un petit centre d’achat avec au moins 9 vendeurs qui ont tous la même offre soit des charcuteries, des fromages, des vins, des pains, etc. Pis ya pas beaucoup de clients! Comment peuvent-ils survivre? Nous encourageons un étal choisi au hasard.

Nous repartons ensuite en direction de Covilha. C’est une belle petite ville, en montagne où tout semble tourner autour de l’université. Beaucoup de jeunes dans les rues. Nous continuons ensuite vers Castelo Branco. En route, on réserve un petit appart qui s’avérera un des plus beaux du voyage. 58$ canadiens pour la nuit! Une belle découverte. Ça s’appelle Casa 92 si vous passez par Castelo Branco. C’est dans le centro de la ville.

Nous partons ensuite découvrir un peu la ville. C’est beau, c’est propre, c’est neuf.

Nous mangeons dans un super resto: le Pinguim, la bouffe est vraiment très bonne.

Un steak de veau avec champignons, frites et salade.

Nous prenons un seul plat à partager. Le serveur nous regarde drôlement! Mais au final, on en a eu assez ou presque! J’au demandé une frite additionnelle…un café et un dessert!

Une frite 6€ et un demi litre de vin 3€ cherchez l’erreur!!!

On s’en tire à 24€ pour le souper complet.

Au Portugal je suis vraiment impressionnée de voir que dans tous les restos visités ce sont des serveurs masculins et assez âgés qui servent.

Je dois choisir entre deux desserts et je prend les deux : Baba de Camelo et crème caramel ou flan servis avec nos cappuccino.

Oh boy un autre monde je suis sur un nuage.

Retour à pied on rencontre encore des jeunes universitaires qui font l’initiation.

Publié dans Europe, Portugal, Torre, Voyage | Laisser un commentaire

Jour 13 – Deuxième jour dans le Douro

On va au sanctuaire de remeidos histoire d’engranger quelques pas dans des escaliers réputés.

La vallée du Douro est chaude en titi et il fait un soleil radieux avec une température de plus de 30 degrés.

Si on traduit le nom de l’endroit c’est Notre-Dame-des-Remèdes.

Donc pour de soigner, nous descendons les 621 marches en 20 minutes et prenons

35 minutes pour compléter la remontée des mêmes 621 marches!!!!! Nous sommes saufs!!! Et prêts pour affronter le reste de la journée.

Outch! On trouvait Braga gros! Ici c’est 2.5 fois plus de marches.

Visite d’un vignoble: Quanta do Tedo- ils sont bio, ils font du vin, du porto et de l’huile d’olive. La visite est instructive et intéressante.

Ils ont 15 hectares et 800 oliviers.

Tout se fait à la main. Y compris les vendanges. Pas possible d’y aller en tracteur c’est trop escarpé. Et savez vous que pour tous les portos, un comité central doit approuver les récoltes et confirmer que tel ou tel récolte peut se transformer en porto. Aucune irrigation artificielle n’est permise.

On apprend que le porto Ruby ou Vintage doit se boire en dedans de 48 heures à 2 semaines.

Il est vieilli en Foudre de 7000 litres.

Quant au Tawny, on peut garder la bouteille ouverte 6-9 semaines.

Le Tawny est vieilli en fut de chêne de 500 litres

On ne touche pas aux futs pas besoin de les tourner.

Anciennement quand l’oiseau nommé le Traquet rieur venait manger les raisins, c’était un signe qu’on pouvait commencer les vendanges.

Maintenant ils ont d’autres moyens, mais cet oiseau est demeuré leur marque de commerce.

Les raisins sont encore foulés au pied, pendant 4 jours, 4 heures par jour.

Ensuite on ajoute l’alcool pour stopper la fermentation.

Dans la vie il y a le timing. Des fois tu l’as des fois tu l’as pas!

Pour le petit resto terrace de la Quinta do Tedo… on ne l’a pas eu! Nous sommes arrivés à 14:55 le bistro fermait à 15:00!

Pour la visite de la propriété avec dégustation… on l’a eu! Et en français s.v.p.

Pour la visite du musée de l’huile d’olive… on l’a pas eu… arrivés à 16:55! Ça fermait à 17:00! Pis de toute façon on ne l’a jamais trouvé! Coudon on sera mieux synchronisés demain…

Souper chez Mathilde. Une jeune de 30ans qui passe 6 mois par année au Portugal et 6 mois à Londres.

Elle travaille très fort sur une méga propriété avec son père. Ils ont 1000 oliviers plusieurs vignes et bien des arbres fruitiers. Cet été, à 3 personnes incluant elle-même, ils ont battu les oliviers pendant 1 mois pour recueillir les olives. En frappant les oliviers, les olives tombent sur des filets et ils ramassent ensuite pour aller à la coopérative, 1 fois par semaine, pour faire de l’huile. Ils ont réussi à ramasser les olives sur 3/4 des arbres seulement. Le manque de main d’oeuvre est flagrant ici en agriculture. Donc les 750 oliviers ont donné 3000 litres d’huile d’olive.

Un souper agréable à sa propriété, mais le poisson plein d’arêtes nous a moins plu. Par contre tout le reste vient de sa ferme et est tellement frais, oranges, figues, raisins, pommes, poires, amandes grillées. Un bel assemblage de bonne choses et du porto et du vin de chez elle bien sûr.

Publié dans Douro, Europe, Portugal, Voyage | Laisser un commentaire

Portugal – Bye bye Porto bientôt la route des vins du Douro

Départ de Porto vers la route des vins du Douro.

Autoroute jusqu’a Amarante et la

N101 ensuite vers Mesão Frio.

Très scénique et plein de collines, donc des routes sinueuses.

On est sur un petit nuage car Claude et moi c’est ça qui nous allume.

Les paysages différents, la nature, l’agriculture, la culture. On en a pour notre argent.

On arrête à Regua pour visiter le musée du Douro. Visite intéressante dans un musée très neuf. Le dimanche le stationnement est gratuit.

On file ensuite vers le Mirador de San Leonardo da Galafura. Nous sommes alors à 640 mètres et voyons en plongeon l’immense vallée du Douro.

On prend un petit verre de vin et nos sandwichs amoureusement préparée avec les restants de poulet à la braise du dernier souper à Porto. La vue est magnifique pour un lunch.

La zona de caca municipale!!!!??? Ça tombera très creux dans la vallée!

Passons ensuite par Vila Real pour aller voir le Château Mateus, mais visiter des jardins et un palais pour 30$ alors que nous avons peu de temps n’est pas notre choix du jour.

Nous repartons alors vers l’endroit où nous coucherons. nous voyons un très beau viaduc de l’autoroute A4.

Comme pour le reste de nos choix de route, celle-ci s’avère des plus intéressantes. Nous expérimentons un virage en épingle si étroit et à-pic que les roues glissent ( en bon français…virent de tsour!). Un peu plus loin la route est trop étroite pour deux voitures et l’impensable se produit, on rencontre de face. Il a fallu se coller très serré et passer à 1 kilomètre à l’heure pour ne pas accrocher! Le coeur me débattait! Par chance je ne tenais pas le volant.

Notre logis se trouve dans un bel endroit rustique sur une propriété enclavée entre des cultivateurs voisins, vignes, olives, et autres arbres fruitiers.

La suite: visite d’un vignoble et souper dans une table champêtre.

Publié dans Douro, Europe, Portugal, Voyage | Laisser un commentaire

Portugal – Escapade à Guimarães et Braga

Il est incroyable de voir les différences entre l’Amérique et l’Europe.

Au Portugal et en Europe en général dans les grandes villes, les rues sont étroites, la densité de population est grande, les maisons sont vieilles et vétustes pour certaines, les gens fument encore beaucoup. On dirait vraiment qu’ils sont 20 ans en arrière. Ça m’avait frappé en France l’automne dernier, c’est pareil ici et je ne m’y fais pas du tout. Ici au Portugal jusqu’à maintenant on a vu seulement deux grandes chaines d’épicerie soit le Pingo Doce (majoritairement) et quelques Lidl.

Dans les campagnes on voit un peu plus d’espaces pour vivre.

L’agriculture semble prendre une bonne place. Nous voyons beaucoup d’arbres fruitiers, pas tous identifiables, du liège, des orangers, etc.

Des campagnes pleines de culture dont on ne connait pas la teneur.

On voit un beau petit village Santo Tirso et par la suite nous sommes incapable de retrouver la nationale 105.

On visite l’arrière-pays. Vraiment une belle petite expérience.

Le soleil a remplacé la brume du matin.

J’ai demandé à Claude d’arrêter pour que je fasse pipi. N’importe où aurait été bon. Il dit c’est pas ici qu’on va trouver un Macdonald. On ne roule pas 10 minutes de plus qu’on voit un Macdonald. Il était très beau d’ailleurs et ouvert 24 heures. En France l’an dernier nous avions eu de la difficulté à en trouver qui ouvraient avant 11:00!

On arrête à notre première destination du jour: Guimarães.

Un petit village qui a une vieille église, une vieille ville fortifiée, un téléphérique pour monter à l’observatoire, un château et un palais. Le stationnement est gratuit.

Nous prenons un petit lunch dans la vieille ville.

Nous marchons ensuite pour aller voir le château et le palais.

Ensuite nous prenons la voiture pour aller au mirador de Penha.

C’est un drôle de site tout en roches et en grottes. La route est vraiment sinueuse pour s’y rendre en voiture comme nous l’avons fait. Il est possible de prendre un téléphérique.

Départ vers Braga par la route pittoresque. Celle qui prend 42 minutes pour faire 25km. Oh que c’est magique conduire sur ces routes ou plutôt se laisser conduite car c’est Claude le magicien du volant.

Parfois même la route est trop étroite pour deux véhicules…Nous avons dû freiner sec pour laisser passer un autobus.

Nous entrons au parking de Bom de Jesus pour 1 euro. L’auto est stationnée à deux pas du sanctuaire.

Nous sommes arrivés en haut des marches de ce sanctuaire. Après réflexion nous décidons de descendre sinon nous serions venus ici pour rien.

On descend et remonte les 252 marches.

Le carillon du sanctuaire est spécial. écoutez en un petit bout ici.

Nous continuons vers Braga.

Et on aurait pu voir le sanctuaire du bas sans descendre toutes les marches!

Retour vers Porto on prend l’autoroute pour une petite partie de la route.

Publié dans Braga et Guimarães, Europe, Portugal, Voyage | Laisser un commentaire

Portugal – Porto jour 2

Vu la grosse journée de marche d’hier, nous avons pris ça plus mollo aujourd’hui.

Nous sommes partis vers 13:00 et avons décidé de faire la petite croisière des 6 ponts du Douro.

Il fait un soleil magnifique avec une température de plus ou moins 28 degrés.

Nous décidons de descendre la même côte qu’hier. On l’apprivoise tranquillement.

Nous marchons vers le secteur Ribeira de Porto soit le bord du Douro.

Nous embarquons presqu’immédiatement sur le bateau. Nous sommes sur le pont supérieur du bateau et on ne se pile pas sur les pieds. C’est vraiment agréable et la température idéale.

 »

Nous avons droit à l’histoire des ponts. Ce fut intéressant et instructif.

Voici les ponts du Douro autour de Porto en commençant par celui le plus à l’ouest ou vers l’atlantique.

Pont Arrabida

Établi en 1963. Son arche de 270 mètres a souvent été longtemps la plus grande au monde.

Dom luis I

Le plus gros au monde en fer forgée

Date de 1886. 172 mètres de portée.

Do Infante

celui qui est proche de notre logement est titulaire d’un record mondial de portée avec ses 285 mètres. Érigé en 2002.

Maria Pia

Le plus vieux et considéré comme une merveille de Porto.

Conçu par Gustave eiffel à l’image de la tour Eiffel. Érigé en 1877, mais n’est plus utilisé depuis 1991.

San Juan

Inauguré le 24/6/1991, ce

Pont remplaçant (ferroviaire seulement) du Maria Pia.

Pont de Freixo

Consiste en deux ponts en fait. Il y a 10 cm entre les deux ponts. Érigé en 1995 pour aider au traffic périphérique. pas de photo car trop loin de nous.

Nous avons vu plusieurs personnes habillées en noires et d’autres avec un chandail rouge hier et aujourd’hui.

On aurait quasiment dit une secte. En fouillant un peu on s’est rendu compte que c’est l’initiation universitaire au Portugal. Toutes les universités portugaises ont ce rituel.

Les initiés sont en rouge et les plus vieux en noir.

https://www.persee.fr/doc/rap_1240-3474_1998_num_5_1_954

Après le bateau on va diner à Gaia et on voit des jeunes gens sauter de la travée basse du pont Dom Luis.

,

Ils ramassent des sous en même temps.

Ils sautent de plus de 10 mètres dans le Douro froid.

Au retour nous montons les marches à côté du pont proche du funiculaire. Il y en 211 en tout. Nous y arrivons assez facilement. Il faut dire que notre journée nous a engranger seulement 9 kilomètres de marche.

Arrêt au Pingo Doce pour acheter des légumes qui, une fois assemblés nous donnerons de bonnes pâtes!

Publié dans Europe, Porto, Portugal, Voyage | Laisser un commentaire