Le Canada gagne 1 à 0 contre la Colombie et s’approche du quart de finale

Soccer

Le résumé réalisé par la FIFA est déjà sorti, je ne réinventerai pas la roue. Le canada a aligné une québécoise à la première demie. Valérie a, en effet, débuté le match et a offert une bonne prestation jusqu’à sa sortie à 59 minutes. Je suis fière d’avoir assisté au premier match de ma fille en Coupe du Monde. Amandine est entrée à 71 minutes et a donné son 100% et nous a permis d’être fiers des Québécoises. Maryse était prête au poste si le besoin survenait.

Valérie

Equipe après le match 25 septembre manque Amandine et Jordyn…test anti dopage

Le Canada se tire avec la victoire et trois points du plus au classement.

http://fr.fifa.com/u17womensworldcup/matches/round=258195/match=300204236/summary.html

Aussi résumé vidéo disponible :

http://fr.fifa.com/u17womensworldcup/highlights/video/team=1916469/index.html

Ce que vous ne verrez pas dans les résumés c’est combien il faisait chaud sur le terrain. Combien les Colombiennes ont été chanceuses de ne pas prendre plus de cartons! Les décisions de l’arbitrage étaient assez litigieuses par moment. Je ne sais pas si vous avez vu à la télé et si les commentateurs en parlaient, mais énormément de fautes n’ont pas été appelées contre Colombie. Le Canada a eu chaud en fin de match (et les parents aussi) quelques jeux arrêtés et dangereux que la gardienne a très bien protégé. Mais……une victoire pour le Canada et ça place le Canada dans une bonne position pour avancer vers le quart de finale. Le prochain match aura lieu samedi matin à 11h00 toujours sur internet en direct. Il y a lieu de croire que Canada sortira vainqueur contre Azerbaijan qui est une équipe jeune et peu expérimentée.

Moments forts du match en vidéo de Radio-Canada anglais:

http://www.cbc.ca/player/Sports/Soccer/ID/2283478942/

De plus si vous voulez voir les matchs ils sont en archives sur CBC.ca par exemple le premier match peut être revu en cliquant ici :

http://www.cbc.ca/player/Sports/Soccer/ID/2282676172/?page=2

On se reparle au prochain match

Tourisme

Depuis notre arrivée il y a près de 48 heures nous n’avons pas nos bagages, et nous n’avons pas toujours pas trouvé comment les récupérer. Malgré l’aide précieuse de Micheline (notre généreuse voisine et amie) au Canada, Air France demeure muet et surtout aucun employé n’endosse la responsabilité et ne veut nous aider sans rapport de l’aéroport de Baku. Retour à la case départ. Nous devrions retourner à l’aéroport ce soir.

Hier nous avons été très chanceux que la réceptionniste de l’hôtel obtienne la permission de venir avec nous. Elle a appelé le taxi et est venue avec nous faire les courses que nous devions compléter pour subsister. Nous avons donc acheté un petit kit de touriste perdu sans bagages, sous-vêtements, t-shirts et déodorant. Le reste on avait ou était fourni dans la chambre. Notre promenade en ville est une première immersion dans cette ville. Il y a une place publique très dense de monde et les automobilistes avancent pêle-mêle dans la rue. Il n’y a pas de ligne et pas vraiment de lumières de circulation. En fait on n’en a pas vues encore. Après avoir trouvé nos gugusses essentiels, soit environ 2h30, nous sommes revenus à l’hôtel. Notre hôtel est neuf (4 mois) et perdu dans un milieu reculé tout en construction dans un secteur plutôt industriel et la réception est au 10ème étage!

Des ressources en masse – Ils travaillent tous dans le même petit magasin

Ce qui nous a impressionnés le plus en cette première visite c’est l’abondance des ressources humaines. Nous, au Canada, avons coupé partout dans les ressources. Dans une petite boutique genre au Carrefour Laval, il y un ou peut-être deux employés. Ici il y a le garde à l’entrée et au moins quatre employés et aucun client. Nous sommes donc servis par tous les employés qui viennent nous voir. Photo.

Il y a un petit resto au rez-de-chaussée de l’immeuble et quand nous y allons pour souper il est vide, froid, il semble neuf, mais n’inspire rien de bon jusqu’à ce que le patron nous aborde. Il nous parle en anglais, il baragouine un peu de français et va chercher le menu de son autre restaurant dans sa voiture. Nous décidons de rester là. Quel bon choix. Nous prenons une petite bouteille de vino et il nous sert des tapas à sa guise. En fait il nous a montré la carte mais il savait très bien que les choix du menu n’étaient pas disponibles. Il nous suggère une série de tapas chauds et froids. C’est excellent et nous sommes heureux de manger ce bon repas. J’avoue que ce n’est pas ici que je prendrai des kilos. La disponibilité des restos et des ressources dans le coin de la ville n’est pas très grande. Il y a le resto de l’hôtel qui ressemble plus à un petit bar en ville. Bon ils servent le petit déjeuner (gratuit avec notre chambre) malgré qu’ils nous aient fait payer la première journée.

Nous recevons livraisons de notre auto de location ce matin le 25 septembre (bonne fête Hugo) et tout ce passe très bien. Après avoir déjeuné nous entreprenons de faire un tour de reconnaissance pour savoir comment aller au stade Shafa pour le match. Nous avons une carte et le chemin imprimé de Google, mais nous réussissons à manqué l’entrée du stade. Nous décidons de faire le tour du pâté de maison et revenir sur nous pas. Mais c’est une route d’arrière pays plus impraticable que ce que nous avions vu au Guatemala qui se pointe. Il y a des poules dans la rue. Il y a des nids de poules dans les rues. Si vous pensiez que Montréal en avait, ce n’est rien, il y a aussi des trous d’hommes sans couvercle…La photo ce n’est pas le côté d’un terrain vague c’est vraiment la rue.

La terre est compacte mais crevassée partout.

Nous sommes à moins de 100 mètres de la rue principale et nous voilà déstabilisés. Nous tentons de trouver le chemin mais pas de veine pour Shafa stadium que nous savons toutefois très près. Je vois un homme qui marche je demande à Claude d’arrêter pour le questionner. Il nous dit qu’il va nous montrer et il monte derrière.

Notre bon samaritain

Il nous guide sans trop de mots car on ne se comprend pas. Nous réussissons à nous rendre et comprendre comment fonctionne les routes principales. Malgré la carte routière que nous avons, il n’y a aucun panneau indiquant le nom des rues. Il faut donc avoir une bonne idée de l’endroit pour y arriver. Croyez le ou non au retour vers le stade avant le match nous ne pouvons entrer à l’endroit que nous avions vu car tout est sécurisé. Il faut aller se stationner plus loin. On trouve une petite rue et une belle place nous y attend.

En soirée après être revenus à l’hôtel s’enquérrir de nos bagages, nous sommes allés rejoindre les parents des joueuses canadiennes qui se rencontraient pour souper à l’hôtel d’un parent. Nous avons pris le taxi car ici c’est tolérance zéro pour l’alcool. Aller-retour la course en taxi a été de 9 manats ou 11.70$ environ. C’est pas si pire surtout que le souper ne nous a coûter que 20 manats pour les deux ensemble.

Au retour l’employé de l’hôtel rappelle à l’aéroport et nous confirme que nos valises seraient là. Nous irons voir de visu demain matin. Bonne nuit.

Vidéo | Cet article a été publié dans Azerbaidjan, Coupe du monde U17, Europe, Soccer, Voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s