Catégories
Camping avec HeRVé Charlevoix Québec Voyage

Parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie (Sepaq), un magnifique endroit qu’on découvre pour la première fois.

4 septembre 2022

Journée plus fraiche au Lac St-Jean, la dernière.

Claude nous fait un bon déjeuner et on s’installe au feu artificiel pour lire un peu.

Nous partons faire une autre belle promenade sur la Véloroute des bleuets, cette fois-ci vers l’ouest. La route nous mène d’abord chez Médard où nous achetons du pain et quelques fromages pour notre souper.

On repart et on se rend à Métabechouan-à-la-Croix. La plage du Rigolet qui s’y trouve est déserte car il fait trop froid. C’est à cet endroit que nous avions rencontré Éric Salvail il y a 3 ans.

À ce point nous avons 22 kilomètres de parcourus.

Nous rebroussons chemin et en route nous nous arrêtons à la Micro-Brasserie du Lac. Quelques grignotines et bières locales nous ravigoterons avant le retour au campement.

Nous aurons complété 44 kilomètres à notre arrivée au camping..

Nous prendrons un souper très léger autour du feu, 3 fruits et 3 petits morceaux de fromages ainsi que quelques tranches d’un pain oignons, fromage et bacon acheté en début de journée.

5 septembre 2022

Journée de déplacement. On dormira ce soir dans le parc des Hautes-Gorges de la Rivière Malbaie.

La carte mentionne un trajet de 2 heures 30. Normalement cela devrait nous durer 5 à 6 heures car nous aimons prendre notre temps.

On emprunte la route 381 qui traverse entre le parc des Grands-Jardins et celui des Hautes-Gorges.

Majestueux et magnifique.

J’ai revu la fameuse montagne que j’avais gravie en escalade en 1981. Un soir de fin d’août, avec deux amis, le spé (spécialiste) et l’assistant spé d’escalade du camp Edphy avec qui j’avais travaillé cet été-là. Ils étaient arrivés sur le pouce au pont de Québec et j’avais emprunté l’Acadian de papa pour aller les chercher. Attablés à Monferrand ils avaient raconté à maman ce qu’on s’en allait faire ensemble.

Ils avaient oublié un ou deux mousquetons sur la table et maman avait envoyé la police à nos trousses pensant que c’était essentiel à notre aventure.

Luc, le spécialiste avait un livre d’escalade expliquant en détail la montagne et les tracés possibles et il savait ce qu’il faisait (pensai-je!)

Nous étions restés coincés en haut de la paroi bien trop tard pour en redescendre. Nous avions commencé l’ascension vers 16:00, et à 20:00 étions encore à deux cordées du sommet. Par chance Dame La Lune nous éclairait.

Arrivés au sommet, nous avions dormi sur du branchage de sapin ramassé ça et là à la noirceur, et nous nous relayions à entretenir notre feu d’infortune, sans eau, ni bouffe. Quelle insouciance! Gravir à 3, une montagne en escalade de rocher, sans eau! Je me souviens qu’ils s’étaient posé la question s’ils me mettaient en deuxième ou dernier de cordée, ne voulant pas rester seule j’ai encouragé la position entre les deux.

La descente au petit matin nous aura pris 2 heures dans le sentier balisé.

Souvenir de fou! Souvenir de jeunesse.

Continuons vers le camping par la route des montagnes.

Le site du secteur du Cran est très joli.

Tout le sol est en gravier et sable, le terrain est immense et on a assez de place pour s’installer avec de l’espace.

On décide de ne pas monter la tente moustiquaire et l’avenir nous prouvera que nous avions raison. Aucunes bibittes.

6 septembre 2022

Activité du jour: bateau-mouche sur la rivière Malbaie. Pour y aller, durant la saison forte, il y a une navette, mais les autobus scolaires servant à cette activité ont repris le chemin des écoliers. Nous prenons donc nos vélos pour faire les 7 kilomètres qui nous séparent du site du Draveur.

On croise l’entrée de l’Acropole des Draveurs, cette magnifique et difficile randonnée que ma soeur Joanne a fait deux fois dans sa vie. Elle l’a d’ailleurs fait la semaine dernière, à 62 ans, avec son chum Christian. C’est une belle réalisation quand on pense au denivellé de plus de 800 mètres et d’une longueur de plus de 11 km aller-retour. Elle l’avait déjà fait avec le même couple il y a 15 ans et Daniel son chum de l’époque.

La croisière est intéressante et agréable. Il fait un temps magnifique et il n’y a pas de vent.

Le retour à vélo se fait comme un charme avec nos vélos à assistance électrique.

7 septembre 2022

Journée de randonnée de vélo.

On compte faire 32 kilomètres.

On se rend au barrage Des Érables (7km) et ensuite on poursuit vers l’Equerre. C’est le nom du camping qui se trouve à 7-8 kilomètres plus loin, sur une route en garnottes. Ce camping est fermé depuis hier (pour l’année en cours). Le nom de ce camping vient du fait que la rivière Malbaie tourne à 90 degrés à cet endroit. Nous visitons quelques sites et repartons diner sur le bord de l’eau au retour.

La rencontre de quelques personnes nous confirme qu’on a oublié d’aller voir les chutes du ruisseau. Nous retournons donc 2.5 kilomètres en amont pour y aller.

La randonnée pédestre de 1.4 kilomètres est assez hasardeuse et nous mène au pied d’une chute extraordinaire.

Nous avons vu un porc-épic juché sur sa branche, une ruche camouflée entre les feuilles et juchée au-dessus de la rivière et quelques hérons très gris sur des roches.

Le retour se fait très bien et nous terminerons notre journée avec 40 kilomètres de vélo. La bière est excellente même si cela veut dire que je me fait « skunker » par Claude au crib. Ce n’est pas ma journée.

La lumière et la température sont tellement incroyables. Les photos le montrent, et mon coeur joyeux le vit.

Je ne peux transposer ici mon état de gratitude immense pour cette possibilité de passer du temps dans la nature.

Au moment d’écrire ces lignes, je suis devant le feu de camp dont Claude est le maître incontesté et incontestable, j’entend la rivière Malbaie qui bourdonne derrière, les étoiles sont magiques et je flotte. Et je pense à Marc qui courra 65 kilomètres dans quelques jours.

8 septembre 2022

Journée de farniente. On voulait aller en canot plus tard, mais le temps est nuageux et l’apparence de pluie nous freine un peu. La pluie s’amènera en début d’après-midi et c’est avec un petit feu de notre foyer au gaz que nous nous prélasserons dans la chaleur sous l’auvent.

Quelques parties de crib à l’avantage de Katie cette fois-ci nous amèneront un début de soleil.

Nous partons donc en vélo et faisons finalement une autre belle randonnée d’une vingtaine de kilomètres.

Une dernière soirée au parc des Hautes-Gorges et demain on part vers Baie-Saint-Paul.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s